Le jeu vidéo, un objet juridique identifié

Publié le 27/11/2019

Premier grand succès du jeu vidéo, la borne d’arcade Pong a ouvert la voie à une nouvelle industrie, dont les revenus concurrencent désormais ceux du cinéma. Reposant sur l’exploitation des nouvelles technologies, le jeu vidéo pose de nombreuses questions de droit. Certaines sont classiques, comme la titularité des droits d’auteurs sur ces œuvres.

Mais elles appellent pourtant une réflexion nouvelle : revente de jeux dématérialisés, droits des « joueurs-créateurs » sur leurs productions… D’autres sont inédites. Les atteintes portées à l’avatar du joueur sont-elles suscptibles d’être réprimées par le droit ? L’ « e-sport » est-il vraiment un sport ? Les joueurs disposent-ils d’un droit de propriété sur les objets virtuels en cours de partie ? Reposant sur de nombreuses références du secteur, l’ouvrage s’adresse aux amateurs de jeux vidéo et aux juristes désireux de découvrir des problématiques souvent méconnues. Objet vidéojuridique, le jeu vidéo n’en est pas moins un objet juridique. 

À lire également

Référence : LPA 27 Nov. 2019, n° 149q0, p.2

Plan