La Métropole du Grand Paris investit aussi dans la culture

Publié le 27/09/2019 - mis à jour le 27/09/2019 à 16H21

Le développement de l’offre culturelle sur le territoire métropolitain contribue au rayonnement et à l’attractivité de la Métropole du Grand Paris. Souhaitant rendre la culture plus accessible, l’institution a investi dans deux initiatives notoires : Nuit Blanche et les Micro-Folies. Plusieurs communes métropolitaines ont déjà accepté d’accueillir ces projets artistiques.

 

Porté par la vice-présidente en charge du développement culturel, Danièle Premel, l’investissement de la Métropole du Grand Paris dans l’offre culturelle est un vecteur de valorisation pour ce territoire. Elle s’attache à rendre la culture et le numérique plus accessibles, ce qui contribue à son attractivité.

Le 2 juillet dernier, le bureau de la Métropole du Grand Paris a débloqué 200 000 euros de subventions pour les communes qui recevront les installations de Nuit Blanche. Pour cette 18e édition, prévue le 5 octobre prochain, l’événement dépasse le périphérique dans six nouvelles communes : Aubervilliers, Saint-Denis, Gennevilliers, Gentilly, Rueil-Malmaison et Vincennes. Le déploiement en dehors de la capitale de cet événement d’art contemporain contribue au désenclavement des communes périphériques et participe au rayonnement de l’identité métropolitaine.

Par ailleurs, la Métropole du Grand Paris s’est engagée à accompagner le développement des Micro-Folies, en finançant jusqu’à 50 % des dépenses pour leur installation. Cette offre culturelle utilise le numérique pour rendre les œuvres des musées nationaux plus accessibles. Ces plates-formes peuvent être intégrées dans des lieux culturels déjà existants, comme dans une médiathèque ou une maison de quartier. En fonction des projets, plusieurs modules complémentaires peuvent compléter le musée numérique, tels qu’un FabLab, un espace de réalité virtuelle, une scène, etc. Deux projets viennent d’être inaugurés à Noisy-le-Sec et Issy-les-Moulineaux.

Ces deux initiatives ont été votées à l’unanimité par le bureau de la Métropole du Grand Paris. Pour le reste, une réelle identité métropolitaine culturelle ne pourra exister sans l’amélioration de la coopération territoriale entre les acteurs publics et culturels.

À lire également

Plan