Nouvelle bibliographie des obligations

Publié le 18/04/2017

 

La grande réforme du droit des obligations et de la preuve, par l’ordonnance du 10 février 2016, aura servi la belle vitalité de la doctrine française. En effet, elle est, déjà aujourd’hui, sertie d’une brillante couronne de commentaires, article par article, dont la publication, en quelques mois à peine, relève de la performance, et dont la qualité des signataires révèle une mobilisation intellectuelle du plus haut niveau pour éclairer, maîtriser et apprécier cette œuvre majeure.

En écho aux premiers commentaires de Marc Mignot, sous forme de feuilleton en treize épisodes (LPA, 2016), et de François Chénédé en forme de « vue d’ensemble » (Dalloz, 2016), des duos et trios d’auteurs ont ainsi marqué l’avènement de ce corpus civilis conçu pour rayonner pour deux nouveaux siècles ; ce sont, notamment : Olivier Deshayes, Thomas Génicon et Yves-Marie Laithier (LexisNexis, 2016) ; Gaël Chantepie et Mathias Latina (Dalloz, 2016) ; Thibault Douville et alii (Gualino, 2016). On souhaite à ces « princes de l’exégèse » l’onde de prestige qui s’attache encore aux fameux commentaires intervenus, au XIXe siècle, « dans l’ordre du Code civil » originel.

À ce jaillissement doctrinal, il convient d’ajouter le livre, qu’en près de 900 pages, les professeurs Lionel Andreu et Nicolas Thomassin consacrent, sous le classique intitulé de Cours de droit des obligations1, à ce nouveau droit du contrat, des obligations et de la preuve. Il s’agit du premier ouvrage pédagogique « conçu et écrit » en contemplation et conformité de l’ordonnance de 2016. Alors que tous les manuels du marché ne font, au mieux actuellement, que brocher les nouvelles dispositions sur le texte de « l’ancien droit », ce cours ne traite que du droit nouveau, ce qui en fait, dans l’ordre bibliographique, une référence historique.

Naturellement, l’ouvrage n’a pas pour seul mérite d’être le premier du genre, il se distingue surtout par son heureux parti pris formel au service d’une pensée aussi précise que limpide et éclairée.

Articulé en deux parties (« Les sources des obligations » et « Le régime général des obligations »), le cours comporte dix-huit chapitres constitués de 2 504 paragraphes numérotés. Cet art consommé de la subdivision fine et méditée confère à la matière une accessibilité, une fluidité et une lisibilité exceptionnelles.

Chaque parcelle de cette mosaïque n’est vouée qu’à une idée, mais avec le soin et l’enrobé qui en font, chaque fois, une petite perle de savoir et d’écriture.

L’ouvrage reflète la savante connivence des deux auteurs et leur complicité de plume : pétillance et inventivité émaillent la rigueur scientifique d’un cours séduisant, tenu et du meilleur aloi.

Notes de bas de pages

  • 1.
    Andreu L. et Thomassin N., Cours de droit des obligations, 1re éd. 2016-2017, 2016, Gualino, 870 p.
X