Le 141 restaurant

Publié le 06/06/2016

La salle bibliothèque du 141 restaurant.

DR

La Villa Corse Rive Droite n’est plus : le lieu, désormais nommé Le 141, a été repris par une famille de restaurateurs, les Derout, qui ont abandonné une brasserie à Vincennes pour s’installer à Paris, près de la porte Maillot. Seul le chef a changé puisque les différentes atmosphères (club anglais, mezzanine, terrasse couverte, bibliothèque et feu de cheminée) ont été conservées.

La cuisine a donc évolué avec Baptiste Pialot, un ancien des maisons Rostang, Pourcel, Chamarré, Speakeasy, qui propose une cuisine française teintée d’inspirations du Sud ou de l’Orient.

Nettes influences « asiaticantes » avec la fraîche entrée de thon en tataki, daikon sauce au soja et au yuzu (15 €) ; les chips de banane qui accompagnent les gambas en tempura (16 €).

Voyage dans le Sud et principalement en Italie avec les quatre propositions de pâtes et de risottos, dont des pennes aux tomates fraîches, basilic et olives (19 €) et des taglionis au pesto et supions (25 €).

Nous n’avons pas testé les linguini et homard entier ; mais dans une assiette à la table voisine elles s’allongeaient entre la chair du crustacé et paraissaient bien bonnes (39 €).

Pour les viandes et les desserts, retour dans l’Hexagone (pour leur préparation, pas pour la provenance des pièces de boucherie) puisque le bœuf est Black Angus ou Simmental, le porc espagnol de « pattes noires ». La viande est tendre, bien cuite et juteuse avec des accompagnements à l’italienne comme une caponata ou des gnocchis aux olives (de 24 à 32 €).

Coup de cœur en final pour l’éclair au gianduja qui révèle du croustillant de praliné sous sa couche de crème pâtissière (12 €).

Un repas à déguster avec un rosé Côtes-de-Provence M de Minuty à 31 €, un rouge de Saint-Émilion Les Hauts de Gaffelière à 33 €, un blanc Chablis domaine Long-Depaquit Albert Bichot à 37 €.

 

À lire également

Référence : LPA 06 Juin. 2016, n° 114y9, p.21

Plan