Que sont devenus les cinémas ?

Publié le 20/06/2022 - mis à jour le 20/06/2022 à 10H46

Petit éloge amoureux des cinémas, Éric Neuhoff, Éditions Privat, 17,90 €, 190 p.

Éditions Privat

Qu’il fût bon d’assister autrefois à une séance du film des Marx Brothers, Un Jour aux courses, dans la petite salle du cinéma « Champo » : on n’avait jamais autant ri ! À l’époque, les fauteuils étaient en rangées de six et conçus en métal et bois. Les sièges à ressorts claquaient contre le dossier dès que l’on se relevait un tant soit peu. Les manigances de Groucho étaient ponctuées de rires et complétées par les « détonations » provoquées par ces fauteuils pour le moins sommaires. Par curiosité, nous avons effectué une recherche dans les ventes publiques afin de retrouver ce type de siège. Joigny Enchères a proposé trois lots le 16 janvier 2022, chacun estimé 150 à 200 €, qui n’ont pas eu l’air de séduire les amateurs. La maison Paris Enchères – Collin du Bocage a vendu sur désignation, à 130 €, une paire de fauteuils de cinéma, en bois peint et velours rouge (82 x 104 x 30 cm).

Nous ignorons si Éric Neuhoff, qui vient de publier un Petit éloge amoureux des cinémas (Éditions Privat, 17,90 €, 190 p.), aurait souhaité se porter acquéreur d’une série de ces banquettes branlantes. Son livre est empreint de nostalgie devant les salles qui ferment les unes après les autres. Il y a du Cinema Paradiso dans ses propos. Il se souvient de l’ABC qui était le seul cinéma à proposer une matinée le jeudi après-midi, où il assista à ses premières séances de cinéma. Elles sont les mêmes pour ses lecteurs, qu’ils soient plus jeunes ou plus âgés que lui.

La télévision n’avait pas réussi à provoquer autant de dommages. Les compagnons d’Éric Neuhoff attendaient les vendredis soir – après Pivot – pour écouter Claude-Jean Philippe présenter le film de la semaine. Cette émission lancée en 1971 dura jusqu’en 1994 et diffusa environ 1 000 films. Puis apparut en 1976 le « Cinéma de minuit » sur la 3, présentée par Patrick Brion à la voix éteinte imitée par tous les jeunes cinéphiles. Selon Éric Neuhoff, une culture se fabriqua ainsi au début des années 1970. N’oublions pas l’émission mensuelle « La Dernière Séance », présentée à partir de 1982 jusqu’en 1998 par Eddy Mitchel. Cette émission nous rapproche des propos d’Éric Neuhoff. Si dans le générique apparaissait la façade du Palace de Beaumont-sur-Oise, la plupart des émissions furent tournées au Trianon de Romainville, représentatif des années 1950. Celui-ci a été sauvé par sa renommée et a été inscrit aux monuments historiques.

Éric Neuhoff entraîne le lecteur dans une promenade vivante avec les voix des actrices, les attitudes des acteurs… Ce « petit éloge » est à lui seul une petite histoire du cinéma et un guide pour les habitués de Drouot.

Plan
X