Le mécénat de compétences : un pari gagnant

Publié le 20/10/2022 - mis à jour le 20/10/2022 à 10H20

Engagement libre de l’entreprise au service de causes d’intérêt général, le mécénat peut prendre diverses formes : don financier, don en nature ou encore don de compétences. Ce dernier, répondant à de multiples enjeux à la fois pour les salariés, les entreprises et les associations, représentait, en 2020, 11 % des mécénats. Il est aujourd’hui de plus en plus répandu. Concentrons-nous sur cette forme de mécénat.

Enquête Admical IFOP – 2020

Le mécénat de compétences : mode d’emploi

Encadré par la loi n° 2003-709 du 1er août 2003 dite loi Aillagon, le mécénat de compétences se définit comme l’apport, à titre gracieux, de ressources humaines de l’entreprise au profit de l’association, par le biais de salariés intervenant sur leur temps de travail. En France, 20 % des entreprises mécènes ont recours au mécénat de compétences1.

Le mécénat de compétences est à différencier du bénévolat. Si ce dernier désigne « la mise à disposition de compétences sur son temps personnel » et représente une pratique non réglementée et informelle, le mécénat de compétences est lui défini par un cadre fiscal et légal spécifique.

Le mécénat de compétences s’articule toujours autour de trois fondements : l’engagement personnel du salarié, la réponse à un besoin réel identifié par l’organisme et l’accord de l’entreprise. Le temps et la fréquence de la mission peuvent être amenés à évoluer en fonction des besoins.

Un atout pour les salariés…

Tout salarié qui souhaite s’engager peut effectuer un mécénat de compétences, à condition toutefois d’avoir l’approbation de l’employeur.

Le mécénat de compétences offre deux principaux atouts :

  • donner du sens : avec l’apparition de la crise sanitaire, de plus en plus de salariés ont ressenti le besoin de retrouver du sens dans leur travail. Réaliser une mission de mécénat de compétences devient alors un formidable moyen d’avoir un impact positif, de diversifier son quotidien et de faire quelque chose qui a du sens, et ce sans obligatoirement passer par la case « reconversion professionnelle ». Le salarié a ainsi la possibilité de s’engager en faveur d’une cause qui lui tient à cœur ;

  • développer ses compétences : en travaillant sur des problématiques nouvelles et différentes, le salarié s’écarte de ses tâches quotidiennes, lui permettant ainsi d’acquérir de nouveaux savoirs et compétences dans un univers différent de celui auquel il est habitué.

Outre ces deux avantages, le mécénat de compétences permet aussi de faire de nouvelles rencontres, de découvrir de nouveaux fonctionnements et façons de travailler mais également de s’engager tout en demeurant dans le cadre fixé par son entreprise.

À titre personnel, en mécénat de compétences depuis un an et demi à La Maison des Femmes2, j’ai pu découvrir un environnement qui m’était inconnu jusqu’à présent : celui du monde associatif. Grâce à ce dispositif, j’ai la chance de m’engager sur une cause qui me tient à cœur et de travailler aux côtés de personnes inspirantes tout en apportant ma pierre à l’édifice. C’est également un excellent moyen pour développer mes compétences.

pour les entreprises…

En 2020, on comptait seulement 9 % d’entreprises mécènes en France.

Il est important de préciser que toutes les entreprises peuvent s’engager par le biais de ce dispositif, peu importe la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise.

Parmi les entreprises qui font du mécénat – qu’il soit financier, en nature ou de compétences –, 89 % déclarent vouloir contribuer à l’intérêt général, 86 % souhaitent exprimer, incarner les valeurs de l’entreprise et 81 % soutenir l’innovation sociale.

Quant au mécénat de compétences, 38 % des entreprises ayant mis en place ce dispositif ont pour objectif d’améliorer l’expérience collaborateur, 35 % de soutenir des projets et encourager l’innovation sociale et 35 % de rendre les collaborateurs plus fiers de leur entreprise.

Les avantages du mécénat de compétences pour l’entreprise sont nombreux :

  • renforcer la responsabilité sociétale de l’entreprise : pour 97 % des salariés impliqués dans des actions de mécénat de compétences, « les entreprises ont un rôle à jouer sur les questions d’intérêt général »3. Ce dispositif permet à l’entreprise d’agir concrètement face aux défis sociaux et environnementaux actuels. De plus en plus de salariés (70 %4) souhaitent notamment être davantage impliqués dans ces démarches. Inclure ses salariés, c’est ainsi contribuer à la construction d’une culture d’entreprise solide dans laquelle chacun à un rôle à jouer ;

  • améliorer l’impact social : l’entreprise peut aller plus loin dans l’engagement en défendant des valeurs qui lui tiennent à cœur, ce qui permet ainsi de valoriser son image de marque en interne comme en externe ;

  • bénéficier d’une défiscalisation : comme pour toute action de mécénat, le « don » de compétences de l’entreprise ouvre droit à une réduction d’impôts de 60 % du montant du salaire chargé du salarié mis à disposition. Cet avantage est accessible à tous les types d’entreprises, sans montant minimum de don5.

« Le mécénat de compétence mis en place par le cabinet en faveur d’une association protégeant les femmes victimes de violence est en ligne avec l’exercice de notre profession d’avocat. Marie, actuellement en mécénat de compétence à La Maison des Femmes, nous sensibilise régulièrement à la réalité à laquelle elle fait face dans cette action. Le mécénat de compétence est un excellent moyen de mettre en œuvre les valeurs de notre cabinet, notamment l’entraide et la transmission de savoir », explique Ardavan Amir-Aslani, associé fondateur du cabinet Cohen Amir-Aslani.

En somme, le mécénat de compétences est un outil utile pour accroître l’impact social de l’entreprise, faire vivre les valeurs de l’entreprise et y renforcer la cohésion des collaborateurs. Cela permet ainsi de redonner du sens à l’engagement des salariés dans la performance collective.

et pour les associations !

Grâce au mécénat de compétences, les associations bénéficient également d’un intérêt non négligeable : une aide qualifiée et à titre gracieux.

Les avantages majeurs côté associatif sont les suivants :

  • bénéficier de ressources expérimentées : le dispositif permet d’avoir facilement accès à une expertise de qualité dans diverses spécialités (ressources humaines, informatique, communication, comptabilité…) pour leur permettre de surmonter rapidement des difficultés de développement, gagner en efficacité et continuer à progresser ;

  • se faire connaître : les associations profitent du mécénat de compétences pour faire connaître leur structure auprès des salariés et entreprises et ainsi créer ou renforcer ses partenariats avec ces dernières. En effet, 65 % des associations ont pu renforcer leurs partenariats avec des entreprises grâce aux mécénats de compétences.

Comme l’explique Alizée Jean, chargée de projets à La Maison des Femmes, « le mécénat de compétences répond aux besoins des associations de bénéficier de compétences précises et d’engagements pérennes. Il nous permet d’intégrer pleinement le/la salarié.e dans notre équipe. L’expérience est tout aussi enrichissante pour nous que pour le/la professionnel.le qui découvre nos actions et qui y participe pleinement ».

Pour conclure, le mécénat de compétences constitue un pari gagnant dans lequel chacune des trois parties – association, entreprise et salarié.s mis à disposition – en ressort enrichi.

Notes de bas de pages

  • 1.
    Panorama du pro bono (Pro Bono Lab, avr. 2019).
  • 2.
    La Maison des Femmes vient en aide aux femmes en difficulté ou victimes de violences. Pour plus d’informations : https://www.lamaisondesfemmes.fr/.
  • 3.
    Deuxième édition du baromètre du mécénat de compétences, IFOP, 2020, https://lext.so/iS-Hrk.
  • 4.
    Observatoire des salariés et entreprises responsables, 2020.
  • 5.
    Guide pratique du mécénat de compétences, Secrétariat chargé de l’économie sociale, solidaire et responsable, https://lext.so/Z7D_V3.
Plan
X