Les Notaires de France s’intéressent au parcours immobilier des français

Publié le 10/10/2019 - mis à jour le 10/10/2019 à 13H54

Le Conseil supérieur du notariat vient de dévoiler les résultats d’une enquête inédite sur les nouveaux comportements des Français face à l’immobilier. Quel est l’âge moyen du 1er achat d’un logement ? Quels sont les profils types des acquéreurs ? Quelles sont les raisons d’accéder à la propriété ? Les notaires révèlent les multiples facettes de l’achat immobilier.

Notaires de France ©Raphaëlle Sochon

 

Le 30 septembre dernier, les Notaires de France ont présenté les résultats de leur étude, réalisée en ligne par l’institut Harris Interactive, sur « les Français et l’immobilier : les multiples facettes de l’achat immobilier ». Pour être précis, l’étude se base sur les réponses obtenues en ligne entre le 28 juin et le 8 juillet 2019, auprès d’un échantillon national représentatif de 1 505 répondants majeurs. L’objectif est de mieux connaître le parcours immobilier des français et les différents profils des acheteurs.

 

Fort dynamisme du marché immobilier

En examinant les résultats de l’enquête, les notaires ont pu définir cinq profils-types face à l’achat immobilier. Le groupe le plus représenté est celui pour qui l’achat est difficile, voire inaccessible, pour 26 % des répondants. Il s’agit surtout de personnes âgées avec peu de ressources. À l’inverse, la seconde catégorie, pour 24 % des français, voit l’achat comme un aboutissement, gage d’une meilleure qualité de vie. Elle correspond à des personnes également âgées mais avec de meilleurs revenus qui veulent devenir propriétaire avant la retraite. Pour le troisième profil, ce sont plutôt des individus jeunes, aisés, qui souhaitent accéder rapidement à la propriété. Ils sont 21 % dans cette catégorie à vouloir acheter, c’est un horizon pour eux. Le quatrième groupe, représentant 16 % des acquéreurs, conçoit l’achat comme un projet familial avec de nombreux critères, à la suite d’un changement de vie personnel (mise en couple, séparation, arrivée d’un enfant, etc.). La grande majorité sont des femmes, âgées de 55 ans ou plus. Enfin, le dernier profil est celui d’acheteurs jeunes actifs, pour qui l’achat est un investissement raisonnable et rassurant. Ce groupe représente 13 % des personnes.

D’après la synthèse des résultats, présentée par les Notaires de France, la majorité des personnes interrogées (72 %) souhaite rester propriétaire ou le devenir avant la retraite si ce n’est pas le cas. Les principales raisons de l’achat immobilier sont la volonté d’accéder à la propriété, perçue comme un bon investissement, avoir un meilleur logement ou à cause du travail. A contrario, la location est considérée comme de « l’argent jeté par les fenêtres ». Ainsi, le premier achat se fait de plus en plus jeune, vers l’âge de 32 ans en 2019, tandis qu’il avait lieu vers 36 ans, 4 ans auparavant. Les critères de choix restent la taille du logement, la sécurité dans le quartier, le coût de la vie et la proximité avec la nature. Depuis plusieurs années, le marché est très dynamique, le nombre de ventes de logement augmente. Pour la période d’août 2018 à juillet 2019, les volumes de ventes ont ainsi atteint le million en France. Cependant, cela n’empêche pas une hausse des prix sur la même période, notamment dans les principales villes de France. À Lyon, par exemple, un appartement ancien sera vendu 4 310 €/m², ce qui représente une hausse de 11 % en sur un an. À Rennes, la hausse est estimée à 12,8 % et à Marseille, elle serait de 4,5 % sur la même période.

 

Cas particulier de l’Île-de-France 

En Île-de-France, le nombre de ventes annuelles de logements anciens a également augmenté, passant à plus de 180 000, ce qui représente une hausse de 4 % par rapport à 2017 et de 9 % par rapport à la période 1999-2007. D’après Thierry Delesalle, co-président de l’Institut notarial de droit immobilier, « cela n’augmente pas qu’à Paris mais dans toute la grande couronne ». En 2018, 7 acquisitions de logements anciens sur 10 en Ile-de-France étaient issues d’une CSP+ (artisans, chefs d’entreprises, cadres et professions intermédiaires). Sur le territoire, c’est donc l’achat horizon le plus représenté, avec des acquéreurs jeunes et aisés qui souhaitent accéder rapidement à la propriété.  Par ailleurs, le prix de vente d’appartements à Paris a atteint un record en août 2019 avec le dépassement des 10 000 €/m2, ce qui fait une augmentation de 25 % sur 4 ans.

Afin d’accompagner les Français qui souhaitent acheter un logement, les notaires insistent sur leur rôle de conseillers. L’immobilier « est l’une des principales préoccupations des français. Notre message est simple, il faut venir nous voir en amont », déclare Rozenn Le Beller, secrétaire en charge du pôle immobilier du Conseil supérieur du notariat (CSN). Ainsi, le CSN a également organisé sa 1ère semaine nationale de l’immobilier, du 30 septembre au 5 octobre dernier. Des consultations et conférences gratuites étaient proposées sur tout le territoire et/ou en ligne au sujet de l’achat, la gestion du bien, la location, la vente, etc.

 

Pour aller plus loin :

À lire également

Plan