Mélanges en l’honneur du professeur Jean Rossetto

Publié le 13/07/2016

Étudiant à Poitiers autour de mai 1968, assistant à la faculté de droit sous le septennat giscardien, docteur d’État avec sa recherche sur la notion de constitution et l’évolution des régimes constitutionnels un an après l’élection de François Mitterrand, Jean Rossetto réussit brillamment l’agrégation de droit public quelques mois avant la première cohabitation. D’abord professeur à l’université de Limoges, il rejoint l’université de Tours en 1989, où il avait été brièvement maître-assistant, et y devient responsable de ce qui était alors le DEA de droit public, que nombre de futurs universitaires auront fréquenté et, bientôt, directeur du GERCIE, doyen de la faculté de droit, d’économie et des sciences sociales, avant, plus tard, de diriger l’École doctorale « Sciences de l’homme et de la société ». Professeur émérite de l’université François-Rabelais de Tours depuis le 1er septembre 2015, Jean Rossetto n’a pas cessé ses activités, sinon l’amphithéâtre et l’évaluation des étudiants.

Homme de conviction et pédagogue hors pair, impressionnant l’auditoire par son aisance à parler sans notes, le professeur Jean Rossetto se plaît à rappeler avoir dispensé toutes les matières ou presque du droit public, privilégiant cependant d’abord le droit international, sans jamais y renoncer, consacrant plusieurs décennies au droit constitutionnel, notamment en master jusqu’à sa retraite, avant de conquérir ce droit européen qu’on disait encore communautaire. Jean fut le premier élève du professeur Pierre Avril, avec qui devait débuter cet ouvrage ; certains initiateurs de ces Mélanges furent les premières thèses de droit constitutionnel du professeur Rossetto.

Les Mélanges en l’honneur du professeur Jean Rossetto, publiés par les éditions LGDJ, ont été réalisés à l’initiative de Pascal Jan, professeur de droit public à l’université de Bordeaux, Institut d’études politiques, Pierre Mouzet, maître de conférences HDR en droit public à l’université François-Rabelais de Tours, et Véronique Tellier-Cayrol, maître de conférences HDR en droit privé et sciences criminelles à l’université François-Rabelais de Tours.

À lire également

Référence : LPA 13 Juil. 2016, n° 119d2, p.3

Plan
X