Paris (75)

Grand Paris Express : budget en hausse pour 2021

Publié le 24/12/2020 - mis à jour le 27/12/2020 à 23H45

Le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a adopté un budget qui permettra de réaliser 4,2 Mds€ d’investissements l’an prochain. Un montant largement en hausse depuis trois ans.

La Société du Grand Paris (SGP) est une entreprise qui ne connaît pas la crise. Le conseil de surveillance de cette entité publique, chargée depuis 10 ans de piloter le projet de transport du Grand Paris Express (GPE), a adopté, en novembre dernier, le budget 2021 de l’entreprise. D’un montant de 4,6 Md€, celui-ci prévoit que 90 % de son budget soit alloué à des investissements, et notamment aux attributions des futurs marchés de génie civil ou à l’aménagement et à l’équipement des gares et tunnels en construction.

Un budget doublé en 3 ans

Cette nouvelle montée en puissance financière de la SGP, qui voit ainsi son budget doublé en l’espace de trois ans, traduit la volonté politique – le conseil de surveillance est constitué des représentants de l’État et des collectivités – de poursuivre l’avancement des travaux malgré un contexte inédit.

Le premier confinement a entraîné une mise à l’arrêt presque totale des chantiers du futur réseau. « Malgré une année marquée par une crise sanitaire et économique sans précédent, le projet se poursuit et s’accélère année après année, au fur et à mesure des nouveaux contrats », précise Thierry Dallard, le président du directoire de l’entreprise. En cette période de second confinement, les équipes de la Société du Grand Paris et des entreprises partenaires sont mobilisées sur la poursuite des travaux, afin de ne pas augmenter les retards, de l’ordre de 3 à 8 mois, engendrés par le confinement du printemps dernier. Le budget 2021 permettra à la Société du Grand Paris de poursuivre la dynamique de travaux et d’attribution des marchés, contribuant de façon significative au soutien de l’activité économique du pays ».

Parmi les principaux futurs métros bénéficiaires de ce budget revalorisé : la ligne 15 Sud et la ligne 16. La première, qui doit permettre de relier la gare de Pont de Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, à celle de Noisy-Champs, en Seine-et-Marne, courant 2025, disposera d’une enveloppe de 1,1 Md€ l’an prochain. La même somme sera dédiée aux travaux pour la ligne 16, au nord-est de Paris. Selon la SGP, déjà 15 tunneliers sont en activité sur ces deux tracés. La ligne 14 Sud, elle, profitera d’un investissement de 500 M€ en 2021. Sa mise en service est notamment prévue dans le cadre des Jeux olympiques de 2024. Plus au nord, le prolongement de cette même ligne 14, jusqu’à Mairie de Saint-Ouen, dont l’ouverture au public est prévue le 14 décembre prochain, se voit attribuer 110 M€ dans le cadre « de la modernisation du réseau de transport francilien », indique la SGP.

Augustin Lazaroiu : AdobeStock

Un parcours aérien revu pour la ligne 18

Dans une perspective beaucoup plus lointaine, le conseil de surveillance a également acté la participation financière de la SGP aux études préliminaires portant sur la création d’un arrêt de ligne H, actuellement terminus Gare du Nord, en gare de Stade de France–Saint-Denis. Ce projet permettrait, d’après la SGP, « d’assurer un meilleur maillage du réseau de transport francilien en créant une interconnexion entre la ligne H et les lignes 14, 15, 16 et 17 du Grand Paris Express ». Enfin, le conseil de surveillance s’est prononcé en faveur de la mise au sol de la ligne 18 pour la partie initialement prévue en viaduc depuis le centre du CEA à Saclay, dans l’Essonne, et jusqu’au golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines. Réclamé par de nombreux acteurs locaux, notamment pour des raisons environnementales, ce nouveau tracé engagerait une économie de 30 M€ précise l’entreprise publique.

À lire également

Référence : LPA 24 Déc. 2020, n° 158h2, p.3

Plan
X