Introduction à la théorie générale de l’État

Publié le 11/02/2021

Comment naît un État ? Quels sont ses éléments constitutifs ? Qu’est-ce qu’il faut entendre par le terme « souveraineté » ? Et comment l’action étatique se réalise-t-elle en interne ? Quels sont les modes d’action de l’État sur la scène internationale et comment s’articule juridiquement la coopération internationale ?

Partant de l’analyse de grands auteurs classiques, de Bodin à Kelsen, en passant par Hobbes, Montesquieu, Rousseau et Carré de Malberg, ce manuel tente de répondre à ces questions, en mettant l’accent sur l’étude de notions aussi fondamentales que celles de nationalité, séparation des pouvoirs, démocratie, Constitution ou prohibition de la guerre.

Les propos généraux, qui visent à dégager des principes applicables à tous les États, sont placés dans une perspective concrète : au fil des pages, les concepts sont illustrés par la description synthétique des institutions des principaux États européens, avec un regard ouvert sur d’autres pays et spécialement les États-Unis d’Amérique.

Une large place est également réservée à l’examen des règles de base du droit international public et de l’Organisation des Nations Unies.

Le lecteur trouvera par ailleurs un exposé succinct des institutions européennes.

L’ensemble de la matière est réparti et structuré en 17 chapitres, qui prennent leur départ à la notion de « droit public » et mènent jusqu’à l’intégration inter- et supranationale de l’État contemporain.

La matière, nouvellement mise à jour en 2020, inclut notamment, au niveau international, le processus du Brexit et l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN.

Bien qu’il puisse être consulté seul, le manuel se trouve enrichi par la consultation parallèle du recueil de textes de théorie générale de l’État publié également chez Larcier.

Préface de Paul Craig, professeur à l’Université d’Oxford.

Christian Behrendt enseigne le droit public et le droit constitutionnel à l’université de Liège et à la KU Leuven, assesseur au Conseil d’État.

Frédéric Bouhon, chargé de cours à l’université de Liège.

À lire également

Référence : LPA 10 Fév. 2021, n° 159n7, p.2

Plan
X