Au congrès de l’ordre des experts-comptables, la profession anticipe l’évolution de ses activités

Publié le 07/10/2019

Sur le thème « Au cœur des flux, les experts-comptables acteurs de l’économie », le 74e congrès de l’ordre se tenait du 25 au 27 septembre dernier, au palais des congrès de Paris. Les participants ont pu découvrir les innovations numériques de la profession, examiner les changements dans leur exercice et échanger sur le futur des cabinets.

Avec la loi Pacte du 22 mai 2019 et la transformation numérique des entreprises, les activités des experts-comptables sont bouleversées. Le 74e congrès l’ordre des experts-comptables voulait donc montrer leur mobilisation pour s’emparer de nouvelles opportunités. Pendant 3 jours, les professionnels étaient invités à plusieurs conférences et ateliers consacrés à ces évolutions, à la numérisation et à leur rôle au sein des entreprises. « Les experts-comptables ont besoin de prendre de l’information, d’échanger entre eux et de rencontrer des partenaires pour imaginer le futur de l’exercice professionnel », a expliqué Charles-René Tandé, président du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables (CSOEC).

Cette année, la thématique portant sur « l’expert-comptable au cœur des flux », l’enjeu du congrès était de démontrer le rôle essentiel de ces professionnels dans les entreprises grâce à une maîtrise du numérique et la mise en avant de leurs compétences et conseils auprès des dirigeants. D’après Charles-René Tandé, « l’expert-comptable doit être en mesure de pouvoir gérer et sécuriser les données, les exploiter afin de restituer à ses clients une information fiable ». Aujourd’hui, la transformation numérique des entreprises a entraîné une intensification des flux, notamment ceux dématérialisés avec l’augmentation des données et des interactions. Outre les données numériques, il est aussi question des flux financiers, humains ou encore d’informations qui prennent de la valeur économique.

Les impacts de la loi Pacte

La mise en œuvre des nouveaux textes de la loi Pacte, relative à la croissance et la transformation des entreprises, a été étudiée par les services du Conseil supérieur de l’ordre. « L’ensemble des propositions que nous avons faites a été retenu par le gouvernement », affirme le président du CSOEC. Ainsi, la reconnaissance du mandat de paiement et de recouvrement présume que l’expert-comptable a bien reçu un mandat de son entreprise pour la représenter devant l’administration fiscale. De plus, il pourra procéder au recouvrement amiable de créances ou au paiement de dettes pour le compte de son client. Une autre mesure va leur permettre de facturer des honoraires de succès, c’est-à-dire de recevoir une rémunération complémentaire liée à la réalisation de leurs objectifs dans le cadre d’une mission, ce qui entraînera le développement des missions de conseils. Par ailleurs, la loi autorise le rapprochement avec les experts-comptables en entreprise, « une demande de la profession depuis plus de vingt ans », selon Charles-René Tandé. Cette mesure va permettre plus de souplesse dans le passage entre les deux statuts et valoriser le diplôme.

L’innovation au service des experts

Les innovations technologiques et la transformation numérique des cabinets étaient également des sujets phares du congrès. En fonction de leur niveau dans ces domaines, les congressistes pouvaient choisir entre 3 programmes définis, allant du cabinet contemporain d’aujourd’hui au cabinet futuriste d’après-demain. Point-clé de la transformation numérique, la généralisation de la facturation électronique a été très commentée et l’ordre a présenté sa plate-forme qui sera opérationnelle début 2020. Pour les entreprises, cela entraînera une forte réduction du coût et des délais de paiement. Cela permettra de lutter contre la fraude à la TVA, car les factures seront authentifiées et infalsifiables. Pour les experts-comptables, c’est un réel avantage car ils pourront automatiser les traitements et transmettre les informations financières à leur client en temps réel.

Par ailleurs, de nombreux stands proposaient des solutions innovantes pour les cabinets. Un « bureau du futur » était accessible pour découvrir les outils technologiques et l’ergonomie des bureaux de demain. Un espace « démo » était tenu par des jeunes professionnels pour présenter des outils bureautiques, collaboratifs et intelligents à leurs confrères moins connaisseurs. Grâce à l’automatisation de certaines tâches, les experts-comptables pourront développer de nouvelles activités et une plus forte expertise. D’après le président CSOEC, « le numérique ne va pas faire baisser les effectifs, cela va créer de nouvelles activités. Pour ceux qui disent que la profession comptable est finie, les prévisions montrent que nous aurons encore de la croissance dans notre profession ».

Avec plus de 6 500 participants et 200 partenaires présents, c’est un record qui montre que ce congrès était très attendu. Un rassemblement important pour ce secteur en pleine évolution.

Fabrice Heuvrad, Dominique Perier, Sanaa Moussaïd et Charles-René Tandé, à la conférence d’ouverture du 74e congrès.

Raphaëlle Sochon

À lire également

Référence : LPA 07 Oct. 2019, n° 148p9, p.8

Plan