Vœux 2019 : la Métropole du Grand Paris célèbre ses trois ans

Publié le 18/02/2019

Le 22 janvier 2019, à Paris, de nombreux élus et acteurs économiques franciliens ont assisté à la cérémonie des vœux de la Métropole du Grand Paris. Trois ans après sa création, l’institution s’impose comme une réalité face aux enjeux de rayonnement international et de rapprochement des territoires. Entouré des membres du conseil et du bureau, le président, Patrick Ollier, a présenté ses vœux et remercié ceux qui contribuent au développement des différents projets.

Vœux de la Métropole du Grand Paris 2019.

DR

En janvier 2016, le premier conseil métropolitain avait lieu et Patrick Ollier était élu à la présidence de la Métropole du Grand Paris (MGP).

Trois ans plus tard, la MGP affiche toujours une ambition forte de rassembler les 131 communes qui la composent et d’agir dans l’intérêt de ses 7,5 millions d’habitants.

Le 22 janvier dernier, la cérémonie des vœux était l’occasion de revenir sur ces trois années d’existence devant les nombreux élus et acteurs économiques qui ont participé à son développement. « La métropole est une aventure collective. Il s’agit d’une communauté de destins territoriaux, mais aussi culturels et historiques. L’avenir de Paris, c’est l’avenir de sa métropole et de l’ensemble du territoire régional », a résumé Emmanuel Grégoire, adjoint à la mairie de Paris, présent à la cérémonie.

À travers ses différentes compétences qui touchent l’aménagement de l’espace métropolitain, le développement économique, social et culturel, la politique locale de l’habitat, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, le vœu de la MGP est de créer une valeur commune pour tous ses habitants.

Quelques interrogations subsistent du côté de ses opposants sur la raison de son existence ou sur ses véritables enjeux. Face aux doutes, l’institution montre sa détermination et réalise ses projets grâce à une stratégie dynamique et à l’accompagnement de grands partenaires tels que la CCI Ile-de-France, la Banque des territoires d’Ile-de-France, la Chambre des métiers et de l’artisanat, etc.

En 2018, le fonds d’investissement métropolitain a ainsi attribué 29 millions d’euros à une centaine de projets sur son territoire.

Durant la cérémonie, Patrick Ollier a également remercié ses 209 conseillers métropolitains. Pour lui, la gouvernance partagée a permis de créer une intelligence collective afin d’aller au-delà du clivage politique : « C’est grâce à vous et à votre capacité à travailler ensemble malgré les différences que l’on doit ce travail », a-t-il insisté.

La métropole en action

La cérémonie des vœux était l’occasion pour le président de la MGP de revenir sur les actions et projets entrepris depuis 2016. Avec le premier concours « Inventons la Métropole du Grand Paris », 7,2 milliards d’euros venant du secteur privé ont été investis pour les 54 projets lauréats. « Les maires sont en train de signer les permis de construire du premier concours, c’est une réalité », atteste Patrick Ollier. Leur dernière étape est de parvenir au rééquilibrage des logements sociaux pour atteindre l’objectif des 38 000 logements par an sur le territoire de la métropole. En mai 2019, les lauréats de la deuxième édition seront dévoilés pour l’aménagement de 27 sites. Pour la MGP, la réussite de cette démarche est l’occasion de montrer son engagement auprès des maires et acteurs économiques, comme créatrice d’emplois, de logements et de richesses.

À partir de juillet 2019, la mise en place de la Zone à faible émission interdira les véhicules les plus polluants, classés Crit’Air 5 ou non classés, au sein de la zone intérieure de l’A86. Pour Patrick Ollier, « il y a un débat sur la création de la ZFE mais c’est une demande de l’État, c’est notre responsabilité, car il y a une urgence sanitaire avec plus de 5 000 décès prématurés par an sur le territoire de la métropole ».

L’année 2019 sera enfin marquée par la poursuite de l’élaboration des documents de planification. L’édification du Schéma de cohérence territoriale (SCoT), du Plan métropolitain de l’habitat et de l’Hébergement (PMHH), du Schéma métropolitain d’aménagement numérique (SMAN) et du Plan climat air énergie métropolitain (PCAEM) d’ici 2020 devraient permettre aux citoyens d’en savoir plus sur la direction empruntée par l’institution pour le futur de la métropole.

LPA 18 Fév. 2019, n° 142s2, p.3

Référence : LPA 18 Fév. 2019, n° 142s2, p.3

Plan
X