Seine-et-Marne

Initiative Melun Val de Seine & Sud Seine-et-Marne : 20 ans auprès des entrepreneurs

Publié le 18/11/2019 - mis à jour le 20/11/2019 à 17H26

Le 3 octobre dernier, la plate-forme Initiative Melun Val-de-Seine & Sud Seine-et-Marne a fêté ses 20 ans à l’Escale de Melun. Issue du réseau Initiative France, l’association s’engage au service des entrepreneurs locaux pour les aider dans leur projet. Son président, Loïc Dupont, dévoile son bilan et les spécificités de leur engagement. 

Soirée des 20 ans d’Initiative Melun Val-de-Seine et sud Seine-et-Marne

 

La plate-forme Initiative Melun Val-de-Seine et sud Seine-et-Marne (77) est une association ancrée localement afin d’accompagner les entrepreneurs dans leur projet de création, de reprise ou de développement d’entreprise sur le territoire sud de la Seine-et-Marne. Elle fait partie du réseau national d’Initiative France et de sa coordination régionale d’Île-de-France. Créée en 1999, cela fait 20 ans que l’association, ses bénévoles et ses partenaires soutiennent les porteurs de projets. D’après Loïc Dupont, président de l’association depuis plus de 3 ans, l’idée est venue de : « la volonté de quelques sociétés d’investissement, chefs d’entreprises et élus de Melun de développer l’entrepreneuriat en lançant cette plate-forme pour aider à la création et au financement des projets d’entreprises ».

Ainsi, les entrepreneurs du territoire peuvent déposer leur dossier dans l’optique d’être accompagnés et d’obtenir un prêt d’honneur à 0 % pour leur projet. En amont, l’équipe étudie le business plan, conseille et oriente l’entrepreneur. Il pourra alors lui être octroyé un financement à taux 0 sans demande de garantie personnelle. Une des caractéristiques du suivi en aval est qu’il repose sur l’application d’une chartre éthique qui permet, entre autres, le respect et l’autonomie du créateur. À travers le dispositif entrepreneur#leader de la région Île-de-France, l’entrepreneur intègre un réseau et sera accompagné durant toute la période de remboursement du prêt. « Nous sommes toujours dans la bienveillance, il est hors de question de renvoyer un porteur de projet en lui disant qu’il n’y arrivera pas », insiste Loïc Dupont. Pour actu-juridique, il a accepté de revenir sur le fonctionnement de la plate-forme et ses 20 ans d’existence.

 

Actu-juridique : En quoi l’accompagnement des entrepreneurs est ancré localement sur votre territoire ?

Loïc Dupont ©Département 77

L.D : Nous travaillons avec les communes, les communautés de communes et les établissements public de coopération intercommunale (EPCI). Chaque collectivité qui adhère à notre dispositif, participe à notre fond de prêts. En général, ce sont les communautés de communes, les consulaires, notamment la Chambre de commerce et d’industrie et la Chambre des métiers et de l’artisanat, ou les experts-comptables qui nous envoient les entrepreneurs. De plus, nous avons 5 comités d’attribution des prêts, répartis sur notre territoire, ce qui nous permet un réel travail de proximité.

A-J : Comment les prêts d’honneur sont-ils accordés ?

L.D : Les prêts d’honneur sont accordés par une commission d’attribution locale qui se réunit une fois par mois. Ces commissions sont composées de chefs d’entreprises locaux et bénévoles, des partenaires consulaires, bancaires, experts-comptables, assureurs, etc. Pour ceux qui ne sont pas éligibles à notre plate-forme, nous les dirigeons vers d’autres services plus appropriés. En 2018, nous avons reçu 350 porteurs de projets et 100 prêts d’honneur ont été accordés, soit près d’un million d’euros avec une moyenne de 11 000 euros par prêt. Le but étant de renforcer l’apport personnel du créateur ou repreneur d’entreprise et ainsi lui faciliter l’accès au crédit bancaire. Nous avons un effet de levier moyen de 7 auprès des banques, ce qui est conséquent. L’année dernière, pour un euro prêté par l’association, la banque nous a suivi de 9 euros. Aujourd’hui, les partenaires bancaires attendent très souvent le retour de la commission avant de statuer. Le prêt d’honneur a un réel effet de levier.

A-J : Quel est votre bilan des 20 ans d’existence de la plate-forme ?

L.D : Sur les 20 années passées, nous avons accueillis plus de 7 000 porteurs de projets, financé plus de 850 entreprises à hauteur de 9,2 millions d’euros et nous avons permis la création ou le maintien de plus de 2 000 emplois directs et non délocalisables. La plate-forme est suffisamment performante, les résultats sont là. Nous avons un taux de pérennité des entreprises que nous suivons de plus de 95 % à 3 ans. C’est grâce à l’équipe et aux bénévoles qui s’investissent dans l’accompagnement qui se fait en amont et en aval, ainsi qu’au gage de bienveillance qui est dans notre ADN. Aujourd’hui, le territoire sud Seine et Marnais est totalement couvert et la plate-forme soutient 100 entrepreneurs pour la création et la sauvegarde de près de 250 emplois chaque année.

A-J : Quels sont vos objectifs pour les prochaines années ?

L.D : La continuité, c’est évidemment de poursuivre notre évolution croissante. Ainsi, nous avons mis au point de nouveaux prêts avec la coordination régionale. Il y a un prêt spécial santé pour lutter contre la désertification et un prêt agricole afin de revaloriser l’agriculture sur le territoire. Nous allons aussi développer les prêts de croissance pour 2020 pour permettre le développement d’entreprises qui ont besoin d’un coup de pouce. Ce sont des réponses aux demandes des collectivités, nous essayons de coller au mieux aux besoins de nos territoires, nous allons donc continuer à être attentif à ce qui se passe.

À lire également

Plan