Repenser la justice transitionnelle en Afrique subsaharienne

Publié le 08/01/2021

Lorsque victimes et bourreaux se confondent dans le chaos des violences, les modèles classiques de justice deviennent très rapidement inopérants pour la détermination de la responsabilité et la reconstruction du vivre-ensemble. L’ambition de cette thèse est de proposer une vision plurielle et renouvelée de la justice au service de la réconciliation en Afrique, répondant davantage aux attentes des populations dans les zones en crise profonde et de formuler des recommandations pour l’articulation d’une complémentarité plus efficace entre les différents instruments de la justice transitionnelle.

Aussi, cette thèse défend l’idée que la justice transitionnelle exige d’être profondément repensée afin de s’adapter plus efficacement aux spécificités des contextes politiques, historiques et sociétaux de chaque conflit. Dans cette conviction, face au pluralisme désordonné qui caractérise aujourd’hui les diverses expériences de justice transitionnelle sur le continent africain, l’auteure propose une nouvelle forme de coopération et de coordination conciliant « l’un », c’est-à-dire la justice transitionnelle au service de la réconciliation, et « le multiple » des mécanismes qui la composent, afin que la justice post-conflit constitue enfin une ressource efficace pour la reconstruction des sociétés post-guerre civile en Afrique subsaharienne.

À lire également

Référence : LPA 07 Jan. 2021, n° 158t5, p.2

Plan
X