« Je souhaiterais être “le bâtonnier olympique” ! »

Publié le 05/03/2018

13 et alors ! Quelques nouvelles du palais de l’île de la cité, et d’autre part, d’ailleurs est le dernier livre de Xavier Chiloux, vice-président de la Caisse nationale des barreaux français (CNBF), ancien membre du Conseil national des barreaux et ancien membre du conseil de l’ordre de Paris. 13 nouvelles, 13 chemins ou 13 parcours qui révèlent les dessous du Palais ou d’ailleurs. Xavier Chiloux revient pour les Petites Affiches sur la publication de cet ouvrage, « remède contre l’ennui » selon lui.

Les Petites Affiches

Vous venez de publier l’ouvrage : 13 et alors ! Quelques nouvelles du palais de l’île de la cité, et d’autre part, d’ailleurs. Pourquoi un tel ouvrage ?

Xavier Chiloux

Nous avons tous, au cours de notre pratique d’avocat, l’occasion d’entendre des anecdotes qui pour certaines, et je pense à celles sur les usages, se racontent de génération en génération, un peu comme des contes.

Je trouvais intéressant, et amusant aussi, de permettre à ceux qui ne les connaissaient pas de les apprendre et peut-être d’en perpétuer leur histoire.

LPA

On sent dans votre ouvrage une pointe de nostalgie sur la vie du palais…

X. C.

Ceux qui me connaissent savent que je vis le présent à 100 %, ce qui ne m’empêche pas d’avoir un regard attendri sur notre passé.

Il ne s’agit pas vraiment de nostalgie car personnellement je ne regrette en rien ces temps révolus.

Paradoxalement, je serai plutôt attiré vers l’avenir à l’instar de Jean-Michel Darrois, immense avocat à la carrière magnifique, parrain de la promotion des élèves de l’école des avocats pour 2018, qui leur disait, il y a peu, les envier tant les promesses pour le futur sont excitantes.

LPA

Les avocats se reconnaîtront sans doute, les non-avocats découvrirons les dessous du palais. Dans tous les cas, à deux exceptions près, il y a beaucoup d’humour dans vos nouvelles.

X. C.

C’est gentil à vous de l’avoir remarqué. Je crois qu’il ne faut pas se prendre trop au sérieux, nous ne sommes que de passage, et nous devons transmettre certaines valeurs à ceux qui vont nous suivre.

The world is a stage

La légèreté n’est pas forcément un défaut même dans notre profession.

Pourquoi pas, comme le chantait Michel Berger : « Superficiel et léger », j’en prends le risque !

LPA

Hormis la vie de palais, le sport tient une place importante dans votre livre…

X. C.

Oh mon dieu oui, toute l’histoire de ma vie, le sport ou devrais-je dire les sports.

Le sport en compétition, est le seul endroit à ma connaissance, où l’instant T, le présent, est la vérité. Vous avez pu avoir été le meilleur, avoir un palmarès conséquent, cela ne change rien, c’est maintenant qu’il faut le démontrer encore et encore.

Dans le sport il ne devrait pas y avoir de tricherie, le meilleur doit gagner, et c’est pourquoi le dopage est tellement odieux.

LPA

Vous pratiquez d’ailleurs les analogies entre le métier d’avocat et le sport…

X. C.

La première chose que l’on apprend dans la compétition sportive… c’est de perdre…

C’est une qualité que l’on devrait enseigner à nos jeunes confrères car c’est elle, et elle seule qui permet par la suite de gagner et d’en comprendre le mécanisme.

C’est parce que l’on sait qu’il y a un risque de perdre, qu’on analyse tout ce qui pourrait y amener afin de l’éviter.

C’est l’antithèse de la prétention et de l’ego surdimensionné.

Les valeurs mises en avant par Rudyard Kipling, apprenant à accepter de la même manière, la victoire et la défaite (ces deux mêmes menteuses), sont essentielles à l’équilibre que doit conserver un avocat pendant toute sa carrière.

Comme me le disait mon premier et seul patron : « Pour le client lorsque vous avez gagné une affaire c’est qu’elle ne pouvait pas être perdue, et lorsque vous l’avez perdue, évidemment c’est que vous avez été mauvais… » !

Enfin, en sport comme dans notre métier, il n’y a pas de chance, ou si peu, mais du travail, toujours…

LPA

Hommage à des personnes que vous avez côtoyées dans votre vie ou dans votre carrière, votre ouvrage est constitué de souvenirs. La vie n’est-elle réellement faite que de souvenirs, comme vous le précisez dans une de vos nouvelles ?

X. C.

J’aime bien cette phrase, que j’ai dû répéter plusieurs fois (la récurrence est l’un de mes défauts…), qui dit que la vie ce n’est pas ce que l’on vit, mais ce dont on se souvient et surtout comment on s’en souvient.

J’adore observer mes contemporains, en rapporter ce que je ressens d’eux, bien sûr avec mon prisme, mais en essayant de rester le plus juste possible, et surtout sans jamais, je l’espère, de méchanceté.

D’aucuns, qui ne se voyaient pas comme cela, me le reprochent encore…

LPA

Vous vous lancez pourtant dans l’action avec votre candidature au bâtonnat de 2022…

X. C.

L’élection de 2022 permettra à celui qui en ressortira vainqueur de débuter son mandat en janvier 2024, soit l’année durant laquelle Paris recevra les Jeux olympiques.

Je souhaiterais être « le bâtonnier olympique » !

Toujours cette passion de presque tous les sports, et la certitude des interactions que l’on peut créer avec notre métier.

Deux de mes enfants sont aujourd’hui avocats, et je veux qu’ils continuent à croire en un futur plein de promesses qu’il faut saisir.

Nous devons être proactifs et, plutôt que de se refermer sur nos quelques rares privilèges, explorer tous les champs qui s’ouvrent à nous.

LPA

Votre précédent ouvrage Le petit guide Chiloux des élections d’avocats à Paris est-il à l’origine de votre candidature ?

X. C.

Vous êtes fort aimables de vous en souvenir car c’était un tirage plutôt confidentiel. J’en prépare d’ailleurs une nouvelle version, augmentée, avec le formidable Arnaud Gris.

J’ai toujours aimé l’ambiance des campagnes électorales d’avocats, et c’est pourquoi mes électeurs m’ont permis d’en faire le plus possible… Je ne peux que les remercier…

Je m’y prends donc un peu plus tôt pour le bâtonnat 2022, car je souhaite continuer ce magnifique chemin, fait de rencontres et d’écoute avec mes confrères, afin que notre profession d’avocat demeure ce qu’elle est, à savoir l’une des plus envoûtantes et excitantes qui soit.

Vous qui nous lisez, si vous souhaitez bénéficier un jour du « Petit guide pratique du bâtonnier de Paris », vous savez ce qu’il vous reste à faire…

DR

 

 

X